Nuit rêveuse ou ordinaire

Après quelques heures passées devant l’écran de l’ordinateur portable, ces heures d’ennuie puis de fatigue causée par le courbement de mon dos, je décidai de quitter la chambre à coucher. Je me suis dirigé vers le balcon, à l’extérieur. Il faisait nuit, un vent doux traversait le coin. Je senti que je durerai ici alors je mis de la musique pour mieux admirer le moment. C’était du piano, j’aime cet instrument. Oui, je me sentais un peu bien. Le quartier était à moitié éclairé. Les immeubles à ma droite étaient beaucoup plus éloignés que ceux qui se trouvaient à ma gauche dont je pouvais, un peu, voir à l’intérieur. Ce fut une nouvelle occasion pour tuer le temps; j’observai ce qui se passait à l’intérieur d’un de ces appartements. À gauche, se trouvait le salon. Je pouvais voir un vieux monsieur assis sur son fauteuil. Il se leva puis caressa ses cheveux blancs restants. Je le vis se déplacer vers la cuisine qui se trouvait au centre. Une jeune femme noire travaillait. Je pense qu’elle s’occupait de la vaisselle. Cependant, derrière elle, le vieux tendit la main pour ouvrir le réfrigérateur. Il ne trouva pas ce qu’il cherchait. Il allait passer le reste de cette nuit sur son fauteuil. Ca me semblait ennuyant. Au fond, se trouvait une pièce éclairée par une lumière presque jaune. La jeune était encore dans la cuisine. Oh, un bruit de moteur. Je me suis penché vers l’avant pour regarder passer la voiture pendant quelques secondes avant qu’elle ne tourne vers sa droite. Je pense qu’elle était de couleur grise. Peu importe. Je n’ai jamais vraiment aimé les voitures. Après un klaxon, je tournai ma tête vers la gauche, un peu vers le haut. J’ignore pourquoi. Sinon, j’ai observé une tache noire bouger dans le ciel, pas loin de moi. C’était peut-être une chauve-souris. J’avais déjà vu passer des chauves-souris avant. Je pense que c’était une chauve-souris. Évidemment, cela m’a fait penser un peu à Batman. De nouvelles lumières décidèrent d’éclairer un peu les routes. Il faisait moins noir. De nouvelles voitures passèrent, mais je n’y fis attention. En face de moi, se trouvait un petit bâtiment, une école plutôt. Je me souviens d’avoir entendu retentir la cloche quelques fois pendant la journée, lorsque je restais chez moi. Vu les dessins pas intéressants qui se trouvaient sur les murs des classes, je supposai qu’il s’agissait d’une école pour enfant. Pendant quelques secondes, dans cette nuit presque calme, j’entendis sonner la cloche. Ce fut étrange. Les notes de musique jouaient encore. Je regardai le ciel. Il y avait des nuages, c’était beau. J’aime regarder le ciel lorsqu’ils sont présents, ça me fait réfléchir. Je comprends pour instant à quel point l’univers est immense, et je prends mon temps pour penser aux choses que j’aime le plus, aux personnes que j’aime, un peu à moi. Le théâtre des nuages peut souvent être drôle, grâce à la diversité de leurs formes dessinant presque tout. Moi, je voyais plutôt des têtes étranges. Mais, ça n’avait pas d’importance. L’ennuie revenait. Le vieux était encore assis sur son fauteuil, la jeune africaine était encore dans la cuisine. Rien n’avait changé, pourtant tout change. Les nuages disparaissaient. Des lumières s’allumaient, d’autres s’éteignaient. Rien ne reste constant. Tout change. La musique s’arrêta. Une heure était déjà passée. C’était bien. La nuit, c’est souvent beau.

Advertisements

2 thoughts on “Nuit rêveuse ou ordinaire

  1. alicebrook1502

    Finally a French blog I enjoy reading! (I understand everything, but I still have trouble speaking freely)

    Reply

Leave a comment?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s